Comment s’est possible que tu préfères aller travailler plutôt que rester auprès de tes enfants à la maison ?

Cette phrase vous parle ??? Pour ma part, je ne compte plus le nombre de fois que je l’ai entendu…

Cette phrase qu’on te lance, un peu comme ça, sur un ton interrogateur, parfois accusateur et qui te donne un bon sentiment de culpabilité, comme si t’en avais pas déjà assez depuis que t’es maman….

OUI, j’aime mon travaille, OUI j’ai choisi de continuer à travailler malgré deux enfants en bas âge, et surtout je suis HEU-REUSE d’aller bosser !

Est-ce que cela fait de moi une mauvaise maman pour autant? Est-ce que j’assume moins mon rôle en ne me consacrant pas à 100% à eux ?

Je ne sais pas…

Par contre ce que je sais, c’est que garder mon travail est un équilibre pour moi, une nécessité à mon bien être mental, à mon épanouissement personnel et que grâce à lui, j’ai un vrai sentiment de reconnaissance!

Je sais également que pouvoir garder une indépendance financière m’est primordial.

Je sais que passer 3 jours hors de la maison me fait un bien fou, qu’avoir des discussions d’adultes sur d’autres sujets que « maison/enfants » est une nécessité à la survie de mes neurones, que pouvoir rester propre 8h d’affilées, sans baves, sans taches de nourriture est un luxe quand on a deux enfants de moins de 3 ans, que quand je passe une journée complète avec mes enfants, que celle-ci commence à 6h00,  que le déjeuner a été pris, les enfants habillés, qu’on a mis 3 x la chansons « Lave tes mains », fait 2x le puzzle Ariel, joué au circuit de voiture, raconté l’histoire de Zoé et Princesse Parfaite, mis « La maison de Mickey » à la télé et danser la Mickey danse (eh oui j’y échappe jamais) et qu’il n’est que 8h32……la journée est longue, très longuuuuuuue, j’avoue me réjouir du mardi pour aller travailler ;O)

Je sais aussi que la plupart du temps, j’assume ma journée de travail après des nuits entrecoupées. Que je me lève une heure avant de partir travailler pour vider le lave-vaisselle ou vite mettre une machine en route.

Ce que je sais aussi c’est qu’il y a 3 ans, j’ai quitté un poste à 100 % que j’adorais parce qu’il m’était impossible de baisser mon taux à 60 % en le conservant à mon retour de congé maternité.

Et je sais que dès que mon travail à l’hôpital fini, mon deuxième job commence quand je vais rechercher mes enfants à la garderie.

Mais surtout je sais le principal,  c’est que j’aime mes enfants et tant qu’il y a de l’amour, on ne peut pas faire faux non ?

Et j’aimerais montrer à ma fille Marine qu’une femme peut avoir une carrière, contribuer à la société à l’extérieur du foyer, et toujours être une mère aimante.

Comments are closed.